Scandale ! vous avez dit scandale ?

Catégories : Bible,Meditations

Le sujet principal des médias, il y a quelques temps, fut le scandale de la viande surgelée. Et l’on a découvert avec stupéfaction les pratiques surprenantes de la grande distribution. Le plus étonnant, c’est la tromperie, le mensonge à grande échelle, le peu de considération pour le consommateur et le manque total de respect de l’altérité. Cette réalité, unique en son genre, semble pertinemment tributaire de la cupidité de plus d’un. Car l’appât du gain se substitue aux valeurs morales et humaines dont Dieu est l’auteur. Ainsi, l’être humain, couronnement de la création divine, est mis au second plan au regard de l’esprit du monde et de ses aléas, alors que le profit est surévalué. Hélas ! C’est pourquoi, eu égard à la morale, il paraît nécessaire de rappeler que l’argent n’est pourtant qu’un moyen d’échange inventé par l’homme. De ce fait, l’orgueil humain lui a fait perdre, entre autre, le sens des valeurs. C’est donc la raison qui expliquerait que cet objet, porté uniquement sur le symbolique, a plus de signification à notre époque que le genre humain. De ce fait, les nouvelles de ce scandale m’ont bien fait réfléchir en ce qui a trait à la décadence spirituelle de l’être humain, qui se vante pourtant d’être civilisé. L’homme est tombé bien bas.

Aussi, ayant besoin d’élévation, ai-je préféré me tourner vers un autre scandale, qui, du fait de son importance est merveilleusement beau. Il s’agit de celui sur lequel est fondée toute la Bible. Respectueusement, on peut penser au Scandale voulu par Dieu : celui de la croix. Comme le dit l’apôtre Paul : « Nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens, » (1 Corinthiens 1: 23). Bien sûr, la mort du Christ n’est pas comparable à de la viande surgelée, mais ce qui m’importe ici est l’utilisation de l’acte scandaleux. Quelle est donc sa finalité ? Pour ce scandale alimentaire, la finalité est le gain le plus élevé possible au détriment de la santé des clients. La crucifixion, scandale pour les juifs, se situe au niveau théologique et spirituel. Cependant, si pour le juif, Jésus pendu au bois est scandaleux, le fait le plus impensable a été la mort du Christ. Peu importe la manière dont il a été mis à mort, par crucifixion certainement. Ne nous arrêtons pas uniquement sur le fait de la crucifixion. Penchons-nous, ne fût-ce qu’un instant, sur la personne de Jésus-Christ. Qui est-il vraiment? La Bible affirme qu’il est le seul être parfait à avoir vécu sur terre. En effet, Paul nous dit : « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5 : 21). En quelque sorte, celui qui n’a jamais fait de mal à personne est mort comme l’un des plus grands criminels. Vous rendez-vous compte ? L’être parfait, l’incarnation de l’innocence même, est jugé et condamné comme s’il était le plus grand des coupables. Pourtant Dieu l’a voulu ainsi. La finalité du désir de Dieu est donc extraordinaire. Oui, Dieu l’a décidé comme il l’entendait, car c’est seulement ainsi qu’il lui était possible de sauver l’humanité. Ainsi, en tenant compte des motivations dont les scandales peuvent être les conséquences, celles de l’Homme, essentiellement égoïstes, portent sur la recherche d’intérêts très personnels, tandis que pour « Dieu », il n’y a que la recherche du bien-être de l’humain. Il ne s’intéresse qu’au bonheur de l’homme. Rappelons tout simplement que pour arriver à ce résultat, DIEU s’est fait homme. Il s’est substitué à lui, afin de lui donner la vie. Oserions-nous crier à Dieu que son acte est scandaleux de faire mourir un innocent ? Non, loin de là. Car, ce dernier, c’est encore Lui. Dieu n’a jamais agi par égoïsme. Nous crierons donc que c’est bien plus une preuve d’amour qu’un scandale. Voilà pourquoi, nous répétons avec l’apôtre Paul : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5 : 8)

C’est bien vrai que le scandale de Dieu n’est pas comparable aux nôtres. Car, autant les uns sont malsains, remplis de mensonges et de duplicités, en rabaissant l’être humain au rang de pion, pire encore en étant sources de destruction, d’insécurité voire de mort, autant l’autre est bon, source de vie, d’élévation de l’être humain, de paix, de sécurité et de bonheur. Alléluia, Seigneur, que ton scandale est beau à contempler ! Comme il fait du bien à notre âme. Merci Seigneur !

 

 

par Pasteur André VILLER


Auteur :André VILLER

Laisser un commentaire