Halloween et les Adventistes du 7ème Jour

Catégories : Bible,Meditations

med_038

Chaque année, le 31 Octobre, des millions de personnes célèbrent Halloween en se déguisant en sorcières, diables et démons. Cette journée est devenue une occasion pour des enfants de se déguiser et d’aller de maison en maison, soit pour demander des bonbons ou jeter un sort.

Le nom Halloween nous vient de la fête catholique  de la fête de tous les saints ou la Toussaint célébrée le 1er Novembre. La Toussaint commémore les saints qui n’ont pas été affectés à un jour spécial dans le calendrier de l’Église catholique romaine. La veille de la Toussaint a été appelée « All Hallows Eve », à partir de laquelle Halloween est dérivée.

Origines d’Halloween
Selon l’Encyclopédie Britannica, les origines d’Halloween remontent à un festival de druides, ceux-ci constituaient à l’époque préchrétienne un ordre de prêtres païens de la Gaulle antique et de la Grande-Bretagne :

« Dans l’ancienne Bretagne et l’Irlande, le festival celtique de Samhain était organisé le 31 Octobre à la fin de l’été. Cette date précédait  la veille de la nouvelle année de l’époque anglo-saxonne celtique. Elle était également  la période où d’énormes feux étaient allumés sur des collines afin d’effrayer les mauvais esprits. Cette période coïncidait notamment avec le retour des troupeaux des pâturages. Les âmes des morts devaient revoir leurs maisons ce jour-là et c’est ainsi que le festival automnal acquit une signification sinistre, avec des fantômes, des sorcières, des lutins, des chats noirs, des fées et démons de toutes sortes, qui selon la légende, avaient la fameuse manie de rôder dans les parages. C’était un moyen d’apaiser les puissances surnaturelles ayant le contrôle de la nature. De plus, Halloween a été pensée pour être le moment le plus favorable aux divinations concernant le mariage, la chance, la santé et la mort. C’était le seul jour, où l’on pouvait faire appel à l’aide du Diable l’invoqué à de telles fins. »

Le festival celtique de Samhain, qui marquait le début de l’hiver, s’organisait sur deux journées à savoir, la veille de la fête et le jour même (31 Octobre et 1er Novembre). Cette célébration est restée populaire parmi le peuple Celte même après la christianisation de la Grande-Bretagne au Vème siècle. L’Église chrétienne en Grande-Bretagne a adaptée la fête de Samhain en y ajoutant la célébration chrétienne de la Toussaint. Jusqu’au VIIIème siècle, la fête de la Toussaint a été célébrée le 13 mai. Il semble que le Pape Grégoire IV (827-844) ait transféré la fête du 13 mai au 1er  Novembre car selon la coutume britannique la Toussaint devait être célébrée le 1er Novembre.

La Nouvelle Encyclopédie Catholique explique ce changement ainsi : « les dispositions étaient insuffisantes pour les nombreux pèlerins venant de Rome au mois de mai. », en reconnaissant toutefois que pour certains : « la fête de Novembre originaire de la Gaule a été immédiatement adopté à Rome. »

Historique d’Halloween 
Toutes ses coutumes de Samhain ont survécu, nous les retrouvons dans la culture celtique de la Grande-Bretagne, de l’Irlande, de l’Ecosse et du Pays de Galles. A travers le temps, ces coutumes ont perdu beaucoup de leur signification religieuse si bien que la fête de Samhain, et la Toussaint sont devenues, une fête profane : « De nombreuses idées traditionnellement celtiques ont continué à être associées à cette soirée. Les  activités de divination demeurèrent une pratique populaire. Les  adultes vêtus de déguisements et de masques fantastiques, imitaient les êtres surnaturels et visitaient des maisons où les occupants leur rendaient hommage en leur offrant nourriture et boisson .

Les immigrants Irlandais et Écossais introduisent « All Hallows » en Amérique et après une immigration massive, pendant la famine de la pomme de terre (1845-1852)Halloween devint une fête nationale.

Bonbons ou Sort et Citrouille
La coutume pour les enfants qui consistaient à faire du  porte à porte revint également, faisant référence aux anciens Druides qui allaient de maison en maison exigeant nourriture et boissons pour leur propre consommation ainsi que pour les offrandes dédiées à leurs divinités. Si les occupants d’une maison ne consentaient pas à  leur fournir de la nourriture, ces derniers proféraient une malédiction démoniaque sur la maison qui selon la croyance de l’époque, engendraient la mort de l’un des membres de la famille dans l’année.

Les Druides transportaient un gros navet sur lequel ils sculptaient un visage et creusaient l’intérieur, afin de représenter l’esprit démoniaque dont dépendaient leur pouvoir et leur connaissance. Le navet éclairé par une bougie à l’intérieur, servait de lanterne leur permettant ainsi d’aller de maison en maison dans la nuit. Lorsque cette pratique est apparue aux États-Unis dans les 18ème et 19ème siècles, les navets furent remplacés par la fameuse citrouille.

Conclusion

Bien que l’Église Adventiste du Septième Jour n’ait à ce jour pris aucune position officielle à l’encontre de la fête Halloween, l’opposition de l’Église à l’occultisme exclut tout soutien à ce type de fête.

Halloween et ses coutumes ne font références à aucun fondement biblique. Elles sont au contraire fermement enracinées dans l’occultisme et différentes pratiques païennes. Ces connexions sont cependant à ce jour très peu connues. Néanmoins, toute pratique dérivée de l’occultisme est incompatible avec les enseignements de l’Écriture (Lévitique 20.6).

Comme beaucoup de gens ne croient plus en l’existence du diable et des démons, ils estiment qu’il n’y a pas de mal à se moquer de ces « reliques du passé ». Nos enfants sympathisent avec l’occultisme aux travers des sorcières et des mauvais esprits en se déguisant en fantômes ou lutins. Le fait de renier l’existence de Satan et des forces démoniaques est clairement contraire aux Écritures. De la Genèse à l’Apocalypse, la Bible affirme l’existence de Satan et des êtres spirituels démoniaques (Genèse 3.1; Job 1.6 ; Matthieu 8.31; Apocalypse 12.9).

Dans l’éducation de nos enfants, il est important que nous prenions garde à tout concept d’occultisme germant dans leurs esprits. La Bible déclare ceci: « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.» (Proverbes 22.6, LSG).

Apprendre aux enfants qu’il n’y a pas de mal à imiter les mauvais esprits est contraire à la volonté de Dieu. Dans l’Ancien Testament, Dieu a mis en garde Israël de ne pratiquer aucune pratique occulte.« Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.» (Deutéronome 18.10-12, LSG).

 

L’occultisme est aujourd’hui plus actif que jamais, ce conseil est toujours valable aujourd’hui. Participer à  Halloween peut sembler amusant, innocent pour les enfants et les adultes mais Satan utilise de tels pratiques pour tromper les humains, leur faisant croire qu’il n’y a pas de mal à flirter un peu avec le monde des esprits et des démons.

Bien qu’Ellen White n’ait jamais mentionné Halloween, la servante du Seigneur avait à de nombreuses reprises, mis en garde ses contemporains contre de telles manifestations de l’occultisme: « Nombreux sont ceux dont l’idée même d’une consultation d’un médium révulsent, mais qui sont attirés par des formes plus agréables de spiritisme. »

Les Adventistes du Septième Jour se refusent toute pratique occulte. Certaines d’entre elles peuvent sembler inoffensives voire  même amusantes. Néanmoins, de telles pratiques participent à éloigner nos enfants et nos proches loin de la vérité de Dieu, allant jusqu’à devenir l’origine d’un enchevêtrement dans l’occultisme.

Gerhard Pfandl, Biblical Research Institute.

Encyclopedia Britannica – Micromedia, 15th  ed., s.v. “Halloween”

New Catholic Encyclopedia, 1967 ed. s.v. “All Saints, Feast of”

Idem

The Encyclopedia of Religion, 1995, s.v. “Halloween.”

par Gerhard Pfandl, Biblical Research Institute

 

Auteur :Eglise Adventiste du 7ème Jour de Paris-Sud