Le ciel ouvert à tous…

Catégories : Bible,Meditations

plat« Heureux celui qui prendra son repas dans le royaume de Dieu!« 

Luc 14 : 15

Aux Etats-Unis, les parents nantis ont pour habitude d’organiser une fête d’anniversaire exceptionnelle pour les seize ans de leur enfant. A cette occasion, tout est mis en oeuvre pour que la soirée soit inoubliable : un décor luxueux, des mets délicats, une célébrité parmi les invités.

Pour ne pas déroger à cette tradition, un homme fortuné se mit à préparer de grandes festivités, pour honorer comme il se doit, la seizième année de sa fille chérie. A son grand étonnement, les convives ne répondirent pas favorablement à son invitation. Visiblement, ces jeunes préféraient vaquer à d’autres occupations… Il décida donc de convier d’autres personnes à sa réception et ses nouveaux hôtes furent enchantés de cette convocation.

Cette métaphore fait allusion à la parabole du grand repas, utilisée par Jésus dans Matthieu 22 : 1-14, pour nous donner un aperçu de ceux qui feront partie du royaume des cieux.
En tant que chrétiens, nous aspirons tous à cela. Mais les dernières paroles de ce texte, situées dans Matthieu 22 : 14 : « Car, ajouta Jésus, beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis. », nous interpellent forcément. Une question nous vient alors naturellement à l’esprit : dans quel camp sommes-nous exactement ?

Si l’on reprend le déroulement des évènements lors de la préparation de ce festin, plusieurs points peuvent nous sembler troublants.
Tout d’abord, l’attitude des « invités de marque » de Jésus est plutôt surprenante. Nous constatons qu’ils n’ont pas répondu à son appel, préférant pour la plupart leurs activités quotidiennes. Pour nous qui connaissons également Christ et l’avons accepté dans notre vie, est-ce différent ? Ce texte nous montre que nous devons être particulièrement vigilants et remettre en question nos priorités. Souvent, notre vie bien remplie, nous laisse peu de temps libre. Accordons-nous une place primordiale à Christ malgré tout ?

Ensuite, les premiers conviés ayant refusé l’invitation, l’opportunité a été donnée à tous, bons comme mauvais, de participer à cette fête et par conséquent d’accéder au royaume des cieux. Jean 3 : 16 nous le confirme: « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle. » Ceci est vraiment rassurant et source d’espoir pour nous, car par ce geste, Dieu nous montre qu’il nous accepte tel que nous sommes avec nos faiblesses, nos défauts, nos péchés… Mais de notre côté, nous sommes libres d’accepter ou de refuser son offre. D’ailleurs Matthieu 22 : 11,12 – « Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n’avait pas revêtu un habit de noces. Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces? Cet homme eut la bouche fermée. » – nous décrit un homme qui a visiblement changé d’avis une fois arrivé sur place, car finalement il appréciait sa vie comme elle était, et il ne se sentait pas prêt au changement. Ce choix a forcément entraîné des conséquences qui sont décrites dans le reste du récit.

Enfin, ce texte nous montre qu’en tant que chrétiens, nous devons redoubler de sagesse et suivre l’exemple de Christ qui ne juge pas l’homme sur son apparence comme nous le montre 1 Samuel 16 : 7b « L`Éternel ne considère pas ce que l`homme considère; l`homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l`Éternel regarde au coeur. » En effet, les personnes qui ont finalement accepté ce grand repas ne sont pas celles qui devaient légitimement y prendre part. D’ailleurs, Matthieu 19 : 30 nous met en garde : « Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers. ».

 

Faisons cette prière :

Seigneur, aide moi à te donner la première place dans ma vie pour que je sois toujours à ton écoute. Ainsi, je pourrai te servir dès ici-bas et accepter ta proposition de vivre éternellement avec toi. Permets-moi de rester humble vis-à-vis de mon prochain et de ne pas le juger comme ce pharisien qui priait en ces termes dans Luc 18 : 11b : « O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain.»
Aide moi plutôt à voir le meilleur en chacun et à prier pour eux quelques soient les circonstances.
Amen.

 

par M.A.
Auteur :Mylene AIMEE

Laisser un commentaire