L’indifférence qui tue

Catégories : Meditations

 

TUEStan est policier. Il a été appelé sur les lieux d’un crime : Lilas, une petite fille de cinq ans, a été battue à mort par sa propre mère. Des voisins avaient    entendu les hurlements de l’enfant mais aucun n’a réagi pour mettre fin à son   calvaire.
La mère était connue pour son agressivité et personne ne voulait prendre le risque de l’affronter. Elle-même victime de maltraitances dans son enfance, elle plaide l’irresponsabilité et le jury la déclare non coupable. Stan est révolté    par ce verdict. Il ne peut pas supporter l’idée que personne ne soit reconnu responsable de cet horrible meurtre.
L’entourage de Stan lui conseille de laisser tomber. Son coéquipier lui dit que le système est ainsi fait et qu’il n’est pas en leur pouvoir de changer quoi    que ce soit. Mais Stan a du mal avec cette vision des choses. Il ne peut pas    tourner la page comme si de rien n’était parce que cela reviendrait à cautionner    et à encourager le crime.
La petite Lilas est loin d’être la seule à mourir de l’indifférence des uns et    des autres. Chrétien, Stan se pose des questions : Les gens n’ont donc plus de coeur ou de conscience ? Qui défendra la vérité et le droit ? Où sont passés tous ceux à qui le Seigneur avait dit : « Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé ; Faites droit à l’orphelin, Défendez la veuve.«  (Esaïe 1:17)
Leur est-il arrivé ce que décrit le prophète Ésaïe : « Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux » (Matthieu 13:15) ?
La capacité à se sentir profondément concerné par les malheurs d’autrui devient rare. Comme les voisins de Lilas, la plupart des gens préfèrent rester à l’écart « des ennuis » lorsqu’ils sont témoins d’une injustice.
Mais si tout le monde prend l’habitude de détourner le regard et de fermer les oreilles devant la détresse des autres, restera-t-il une seule personne vers qui les victimes impuissantes pourront se tourner pour obtenir justice?
Selon Jean 8:3-11, les scribes et les pharisiens amenèrent un jour une femme surprise en adultère à Jésus et lui demandèrent s’il était d’accord avec la loi      de Moïse qui ordonnait de lapider de telles femmes.
Jésus ne s’est pas défilé et a adopté une attitude conforme à ce qu’il croyait    juste en son âme et conscience. Il ne s’est pas laissé impressionner par ceux    qui voulaient le piéger. Dans cette histoire, il nous a montré que tout le monde  a le droit d’être défendu face à une injustice, quand bien même celle-ci semblerait justifiée au regard de la loi.
Le texte nous dit que les accusateurs de cette femme furent à leur tour accusés par leur conscience et se retirèrent un à un lorsque Jésus demanda à ce que celui qui était sans péché jeta le premier la pierre contre elle. Si Jésus n’avait pas parlé de manière à réveiller leur conscience, ils se seraient sentis renforcés dans leur position.
De la même manière, si nous ne réagissons pas pour condamner les injustices, nous donnons carte blanche aux personnes sans scrupules pour continuer à dicter    leur loi en toute impunité. Elles seront confortées dans l’idée qu’il y a peu    de risque pour que quiconque trouve le courage de se dresser contre leur    comportement violent. Bien souvent, elles auront raison car, de toute évidence, être choqué par le mal est une chose, mais tenter d’y mettre fin en est une autre.
Si nous prenons l’habitude de nous esquiver au lieu de nous dresser résolument    contre le mal, nous risquons à la longue de devenir insensibles aux injustices    et de finir par perdre toute conscience du bien et du mal. C’est notre âme que  nous mettrions alors en péril et ne nous y trompons pas : c’est pour nous le plus grand des dangers.
Ne nous laissons donc pas effrayer et arrêter par les difficultés, et défendons le droit des faibles et des opprimés avec assurance. Prenons des risques pour les causes justes et ne laissons pas faire des tragédies que nous pourrions éviter. C’est ainsi qu’agissait Jésus, notre divin modèle.

 

Faisons cette prière :

Seigneur, tu m’as donné un coeur de chair. Ne permets pas qu’il se transforme en un coeur de pierre. Ne laisse pas la peur et l’égoïsme me gouverner.     Apprends-moi à ouvrir mon coeur à ceux qui souffrent et à leur tendre la main.     Rends justice à ceux qui sont dans la détresse. Face à l’injustice triomphante, donne-moi le courage de ne pas baisser les bras. Fais de moi une sentinelle pour dénoncer leurs fautes à ceux qui font le mal. Que je ne sois pas leur complice par mon silence. Que ma bouche proclame toujours la vérité.

Amen.

 

par F.H.

Auteur :Fara HILARUS

3 Responses to "L’indifférence qui tue"

  1. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 09 min

    Merci pour cette méditation.
    C’est vrai nous voulons nous fondre dans la masse et nous gardons le silence.
    Que Dieu nous aide et que nous puissions être lumière du monde

    MARTHE, le Lundi 28 Avril 2008 à 21h36.

  2. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 10 min

    Cette semaine, nous avons découvert les horreurs qui se sont produites à Amstetten en Autriche. Il est question de l’apparente indifférence du voisinage, sans parler de l’épouse qui paraît-il ne s’est douté de rien, dans cette affaire sordide où un père a séquestré et violé sa fille pendant 24 ans. De ces rapports incestueux sont nés 7 enfants, autant de victimes de ce personnage monstrueux.

    C’est curieux parce qu’il y a toujours des gens qui s’occupent de ce qui ne les regarde pas alors que là où ça aurait pu sauver des vies, personne n’a cherché à fouiller un peu plus. Alors, merci pour cette méditation qui nous appelle à être plus attentifs les uns aux autres mais dans le bon sens.

    Que Dieu réveille nos consciences à tous et nous sorte de notre léthargie et notre lâcheté. Ce ne serait vraiment pas superflu si nous pouvions au moins prier pour ces victimes faute de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre pour les soutenir.

    Liza, le Mercredi 30 Avril 2008 à 10h11.

  3. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 11 min

    AMEN ma soeur, puissions nous tous mettre en PRATIQUE tout ce que vous dites dans cette méditation. Vous même face à un plus faible que vous qui implore votre aide, comment réagissez vous? Partager nous votre expérience, cela sera plus que bénéfique pour chacun de nous. Merci d’avance

    Léonie, le Vendredi 2 Mai 2008 à 0h05.

Laisser un commentaire