Dans le trou …

Catégories : Meditations

 

TROUUn soir, un homme rentrait chez lui. Il décida d’emprunter un raccourci qui passait par un cimetière. Il marchait vite, sans faire attention. Et c’est ainsi qu’il tomba dans une fosse qui avait été creusée durant la journée.

Il se mit alors à crier pour demander de l’aide. Il essaya de grimper, de s’agripper aux parois, mais ses efforts furent vains : il glissait chaque fois et se retrouvait au fond. Découragé, fatigué, il se résigna et décida d’attendre le lever du jour. Une heure plus tard, un autre homme qui passait par là eut la même mésaventure. Paniqué, il se mit à appeler pour que l’on vienne à son secours. Il sauta, s’agrippa à la paroi mais elle était trop haute. Dans la nuit noire, il ne remarqua pas qu’il y avait un autre homme dans la fosse avec lui. Le premier homme décida de lui faire une « bonne » blague. Prenant une voix grave qui semblait venir d’outre-tombe, il gronda : « Tu ne sortiras jamais de ce trou, tu mourras ici. »  L’homme eut si peur que, dans un geste désespéré, il fit un bond et parvint à sortir du trou. Comment cet homme est-il parvenu à se hisser et à sortir de cette fosse ? La peur donne des ailes me direz vous. Et nous, quelle est notre attitude lorsque nous touchons le fond ?

Cette semaine, je voudrais m’arrêter sur l’histoire de Joseph, dans le livre de la Genèse. Joseph était l’objet de toute l’attention de son père Jacob. Ses frères, par jalousie, décidèrent de le vendre à des marchands madianites. Quel choc pour ce jeune homme surprotégé par son père ! Commença alors un voyage formateur pour ce jeune homme.

Vendu à Potiphar, un officier de pharaon, Joseph, bien qu’esclave, donna toujours le meilleur de lui-même. Consciencieusement, il accomplissait son travail. Dieu le bénit et il trouva grâce aux yeux de Potiphar qui le nomma intendant de toute sa maison. La Bible nous dit :  » Il ne faut pas mépriser les petits efforts du début.  » (Zacharie 4:10a, Version Parole Vivante)

Après une absence prolongée, de retour au travail, vous vous retrouvez « au placard ». Des tâches peu gratifiantes vous sont confiées. Que faire alors ? Se plaindre ? Déprimer ?

Comme Joseph, nous devons être des exemples. Quoi que nous fassions, faisons tout pour la gloire de Dieu. Dans l’ombre, dans « un placard », alors que nous pensons que personne ne se préoccupe de nous, notre attitude fera toute la différence. « Ce placard » peut devenir un oasis où d’autres collègues viendront se ressourcer. Comme pour Joseph, ils verront que vous êtes un homme ou une femme exceptionnel(le). Votre comportement témoignera qu’un enfant de Dieu dans les circonstances défavorables garde toujours une attitude princière. Quand personne ne semble prêter attention, donnez le meilleur, soyez consciencieux.

Joseph, bien que loin de la maison familiale, commençait a couler des jours heureux. Mais ce bel homme suscita le désir chez la femme de Potiphar. Sa résistance aux avances de cette dernière lui valut sa haine, une accusation de viol et finalement d’être injustement jeté en prison.

Il lui fallut encore une fois s’habituer à une vie difficile. Il se retrouva prisonnier après avoir été intendant. Il aurait pu se dire : « Être honnête, cela ne sert à rien. J’ai tout donné. J’ai même occupé un poste important, et maintenant je suis au fond d’une prison humide avec des détenus ayant commis toutes sortes de méfaits. On ne m’y reprendra plus ». Mais non ! Il en fut tout autrement. L’adversité, l’injustice n’enlevèrent rien à son noble caractère. Il brilla par son dévouement, son optimisme. Serviable et à l’écoute, il était sensible à la situation de chacun. Certain que son Dieu ne l’abandonnerait pas. En effet, Dieu permit que Joseph trouvât grâce aux yeux du gardien qui lui confia alors la gestion de tous les prisonniers.

Peut-on compter sur vous quand vous êtes victime d’une injustice ? C’est parce que Joseph démontra par son attitude qu’il était un homme digne de confiancequ’il se vit confié la responsabilité des autres prisonniers. Joseph ne sacrifia jamais ses valeurs sur l’autel de la facilité, de la rancoeur ou  de la négligence. Êtes-vous à l’écoute de ceux qui vous entourent quand vous êtes au fond du trou ? Ou bien, noyé par votre chagrin et vos soucis, devenez-vous sourd aux souffrances des autres ?

Le chrétien ne vit pas pour lui, sachant s’oublier pour prodiguer conseils et soutien à ceux qui sont dans le besoin. Car il sait que Dieu, son Père, peut l’aider à tout traverser. Bien souvent, nous sommes aussi déprimés que ceux qui vivent sans foi, sans espérance. Comme nous doutons des promesses de Dieu, nous ne sommes pas enclins à les partager et nous oublions ceci : «  Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.  » (Actes 20:35)

Le temps passa. Deux hommes importants qui travaillaient à la cour de Pharaon furent jetés en prison (Genèse 40). Un matin Joseph constataqu’ils étaient tristes. Il s’enquit auprès d’eux de ce qui n’allait pas, prévenant, et à l’écoute. Ceux-ci racontèrent à Joseph ce qui les préoccupait : de mystérieux songes. Encore une occasion pour Joseph de témoigner de la grandeur de son Dieu, Celui qui peut tout (alors qu’il est toujours en prison). Grâce à Dieu, il réussit à expliquer leur songe.

Joseph fut heureux pour celui qui allait obtenir une position plus importante à la cour du pharaon (Genése 40:19). Comment réagissez-vous quand des personnes qui mangeaient leur pain noir avec vous arrivent à s’en sortir et que votre avenir reste toujours sombre ? Ou bien que vous avez aidé quelqu’un à s’en sortir et que vous êtes toujours au fond du trou ? Voir Romains 12:15

Joseph aurait pu garder le silence, et ne pas expliquer le songe. Il avait lui aussi eu des songes, lesquels lui avaient promis un avenir glorieux. Il resta humble et sut partager le rêve des autres pour qu’ils grandissent, même si cela lui demanda de rester encore deux ans en prison avant de retrouver la liberté. Arrivez-vous à faire vivre les rêves de vos proches même quand tout n’est pas rose pour vous ? Même quand tout le monde autour de vous semble avoir le vent en poupe et que votre barque reste encore à quai, soyez heureux pour eux. Aidez-les à réaliser leur rêve. Soyez patient. De nos jours, c’est après quelqu’un a tout eu qu’il donne des conseils à ceux qui sont dans le besoin. A quoi cela sert-il d’être chrétien si l’on doit attendre d’avoir tout réussi pour aider son prochain ? (Romains 12:14)

Joseph attendit plus de deux ans pour se trouver face à Pharaon. Celui qui laisse Dieu changer son caractère peut passer par des heures sombres mais il sera toujours en bénédiction pour les autres, pour son église, pour son pays. Joseph devint administrateur en Egypte.  » Celui qui oublie son propre bonheur pour chercher celui des autres, trouve le sien par surcroît.  » (Henry Bordeaux)

Un parcours jalonné d’embûches : le fils préféré à qui tout souriait est passé d’esclave au poste d’intendant, puis prisonnier, responsable des prisonniers,  puis administrateur au côté de Pharaon. Joseph ne s’est jamais départi de son altruisme, de sa conscience professionnelle, son honnêteté et de sa foi en Dieu .

Alors au fond du trou du découragement, il faut garder la tête haute et avoir de l’amour pour les autres. Car, comme Job, nous pouvons dire :  » Je sais que mon défenseur est vivant, et à la fin Il se dressera sur la terre.  » (Job 19:25, version « Parole Vivante »)

Placez votre confiance en Christ et il vous donnera une vie surabondante… qui vous rendra capables d’aimer.

 

Faisons cette prière :

Mon Père, comme Joseph, apprends-moi à aimer les autres à faire le bien autour de moi, même si tout ne me sourit pas. Amen.

Placez votre confiance en Christ et il vous donnera une vie surabondante… qui vous rendra capable d’aimer.

par R.P.

Auteur :Ruth PYRAM

3 Responses to "Dans le trou …"

  1. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 03 min

    Chaque chrétien devrait méditer ces paroles parce qu’il est vrai que si l’on ne s’aime pas on ne peut aimer son prochain. Nos dirigeants doivent travailler afin que chaque membre puisse d’abord s’aimer soi avant d’essayer d’évangéliser. C’est aussi le travail de chaque parent. Que Dieu nous apprenne à nous accepter tels que nous sommes, à devenir des chrétiens équilibrés alors nous pourrons aimer notre prochain comme nous mêmes. Dieu nous aime c’est vraiment vrai !!! Le créateur du ciel et de la terre nous aime !!! Allons de l’avant avec la force qu’il nous donne. Tout ce que vous demanderez en mon nom, croyez que vous l’avez déjà reçu. C’est merveilleux!!!

    Guylène, le Samedi 12 Avril 2008 à 4h05.

  2. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 04 min

    Merci pour ces paroles d’encouragement et de réconfort! Car il est toujours bon de se rapeller que Dieu a nos vies entre ses mains et travaille avec nous en tout instant si nous lui donnons l’occasion !

    Clyde, le Dimanche 20 Avril 2008 à 11h34.

  3. redacteur
    redacteur Posté le 1 novembre 2012 à 20 h 05 min

    Merci la parole dite n’est jamais sans effet et là une parole de vie pour donner la vie oui souvent on a du mal à se rappeler que même au fond du trou Dieu ne nous oublie pas et qu’il tend la main pour nous en sortir. Seigneur aide moi à regarder vers le sommet et non au fond du trou ; ainsi je pourrai voir ta main tendue et la saisir.

    Joël, le Samedi 28 Juillet 2012 à 11h49.

Laisser un commentaire