L’exception confirme l’aigle, alors prends ton envol

Catégories : Meditations

AIGLEAu delà de l’image négative que nous avons des rapaces (les vautours sont considérés comme des charognards), l’aigle est porteur de nombreuses illustrations humaines et divines. L’aigle royal est symbole de force tranquille, de puissance, de fierté et de liberté, ou encore de symbole de la victoire (les Assyriens, les Perses et les Romains le plaçaient, les ailes déployées, au dessus de leurs étendards). Il n’y a rien de plus majestueux que le vol ou le regard de l’aigle royal. Dieu dans se verset se compare à un aigle et les croyants sont des aiglons.

Quels enseignements tirer de cette image souvent employée dans la Bible ? 

1. L’aigle est l’oiseau qui vole le plus haut : doué pour utiliser les courants aériens, il peut monter très haut dans le ciel. Sa puissance de vol suscite l’envie des hommes : Dieu est au-dessus de tout et Dieu est puissance.

2. La vue perçante de l’aigle en fait un chasseur émérite. La rétine de l’aigle est comparée à un télescope : doté d’une acuité visuelle deux fois supérieure à celle de l’homme, l’aigle est capable de voir une marmotte à plus d’un kilomètre. Lorsque Dieu nous dit qu’Il est tel un aigle, nous sommes sûrs d’une chose : rien n’échappe à Son regard. La plus infime chose concernant chacun de ses enfants est visible pour Dieu. Il voit tout !

3. Il y a quelque chose de prodigieux dans la façon qu’a l’aigle d’apprendre à l’aiglon à voler : il lâche son petit très haut dans les airs, au moment convenu, lorsque les muscles et les ailes de celui-ci sont suffisamment développés pour le porter. Et, chose extraordinaire, l’aigle est capable d’étendre ses ailes et de porter son aiglon en cas de défaillance. Dieu nous délivre là un message extraordinaire : « Je te connais, Je sais ce dont tu es capable. Aies confiance, c’est Moi qui t’apprendrai à marcher droit« . Nous avons besoin de faire confiance au Seigneur surtout dans les moments d’épreuve. Esaïe dit : « Les jeunes gens se fatiguent et se lassent, les jeunes hommes deviennent chancelants. Mais ceux qui s’attendent à l’Éternel reprennent de nouvelles forces. Les ailes leur reviennent comme aux aigles. Ils courront, et ne se fatigueront point; ils marcheront, et ne se lasseront point« . (Esaïe 40 : 30-31)

Le verset à méditer de cette semaine résonne pour le croyant, un aiglon appelé à devenir un aigle, comme une invitation à prendre de la hauteur, à prendre son envol comme les oiseaux.

Quelle leçon pouvons nous en tirer ?

1. Apprenons avec le Seigneur à aller très loin, très haut sinon nous risquons de vivre dans la superficialité.

2. Apprenons à voler seul : la caractéristique de l’aigle est qu’il n’évolue pas en groupe comme les autres oiseaux mais toujours seul. Il en est de même du chrétien qui sait se mettre en retait pour passer du temps avec Dieu. C’est également la discipline à laquelle Jésus s’est plié ici-bas. Tous les hommes ordinaires de la bible au travers desquels Dieu a fait des choses extraordinaires sont des hommes qui ont accepté de prendre leur envol tout seul : Noé, seul face aux railleries des autres, construisant l’arche ; Abraham, seul et séparé de la maison paternelle. Si nous voulons vivre le projet de Dieu, il nous faut savoir sortir de la foule, nous détacher de l’opinion des autres.

3. Apprenons comme l’aigle à exploiter la tempête. Alors que les autres oiseaux ont tendance à fuir, l’aigle agit différemment : il cherche le noyau du courant aérien et une fois trouvé, il déploie ses ailes et peut ainsi s’élever encore plus haut. Quelle leçon ! Nous devons apprendre à transformer les obstacles et les défis en opportunités. Il y a des qualités que nous n’avons développées que grâce au chômage, à l’oppression, la disette, la maladie, aux attaques spirituelles, aux trahisons. Ces circonstances défavorables nous ont été bénéfiques parce que nous les avons changées en un moteur qui nous a propulsés. Cela nous a permis d’atteindre des degrés encore plus élevés dans l’exploitation des potentiels que Dieu avait placés en chacun de nous.

4. Apprenons comme l’aigle qui s’entraîne continuellement durant sa vie : en dehors des tempêtes, si nous observons un aigle, nous le voyons faire des pirouettes au cours de ses voltiges, des accélérations… Une autre leçon du Maître : tout ce que nous aurons engrangé, en temps de paix, en matière de communion avec Dieu, d’enseignement, de vécu… pourra être exploité en temps d’épreuve. David a su vaincre Goliath grâce à sa communion avec Dieu lorsqu’il faisait paitre ses troupeaux, et aux combats qu’il avait eu l’occasion de livrer à un ours, puis un lion.

5. Apprenons comme l’aigle qui se nourrit de chair fraîche : ce spectacle des vautours volant en cercle et se rapprochant du sol indique toujours un animal pris au piège ou un être vivant agonisant (Job 39 : 27-30). Cet aspect révulsant de l’aigle nous donne cependant une leçon vitale : le chrétien doit se nourrir chaque jour de la parole de l’Eternel qui renouvelle ses bontés chaque matin.

Faisons cette prière :

Mon Dieu : merci de me rappeler que tu me vois, et que rien n’échappe à ton regard.
Tu sais mieux que moi ce dont je suis capable. Je veux apprendre à prendre de la hauteur et à aller plus loin avec Toi.
Aujourd’hui, permets moi de tranformer les obstacles et les défis en opportunités.
Amen

« L’oiseau chante, même si la branche sur laquelle il est perché craque, parce qu’il sait qu’il a des ailes. »*
Comme l’oiseau, louons Dieu car nous savons que nous pouvons utiliser les ailes de la foi.
*citation de José Santos Chocano

Auteur :Ruth PYRAM

2 Responses to "L’exception confirme l’aigle, alors prends ton envol"

  1. Toussaint
    Toussaint Posté le 30 décembre 2017 à 5 h 25 min

    Wooow merveilleux illustration que Dieu vous bénisse. transférer le moi par ma boîte email.merci

  2. Jourdain CÉLINE
    Jourdain CÉLINE Posté le 13 avril 2021 à 5 h 31 min

    Excellente étude encourageante

Laisser un commentaire